Rencontre avec les régies financières et l’administration des Finances : Sele Yalaghuli bat le rappel des troupes

Excellence-SELE

Administration

Le tout nouveau ministre des Finances, Sele Yalaghuli, place son mandat dans le sens de la maximisation des recettes publiques. Il en a le secret, pour l’avoir appliqué avec succès à la DGI. Mardi, il a réuni les patrons de trois régies financières pour battre le rappel des troupes. De son avis, l’urgence est d’informatiser les trois régies financières tout en les connectant directement à la Banque centrale du Congo. C’est sa priorité, avant de s’occuper des autres pans de son ministère. Il peut du reste compter sur le soutien de toute l’administration des finances.

Sorti des rangs de régies financières où il a assumée en deux ans et neuf mois la direction de la Direction générale des impôts (DGI), avant d’être nommé ministre des Finances dans le gouvernement Ilunga Ilunkamba, Sele Yalaghuli a un secret pour une nette mobilisation et un meilleur encadrement des recettes publiques.

Il a reçu, mardi dans son cabinet de travail, les principaux responsables des régies financières pour une séance de prise de contact qui avait tout l’air d’une prise d’armes pour leur inculquer sa philosophie. Une réunion de près d’une heure élargie à certains conseillers.

Toutes les trois régies étaient là, à savoir la DGI, la Direction générale des douanes et accises (DGDA) et la Direction générale des recettes administratives, judiciaire, administratives et de participations (DGRAD).

Le vice-ministre des Finances, Junior Mata M’Elanga, a également pris part à cette rencontre qui jette le pont entre les nouvelles autorités de la tutelle et les trois régies financières de la RDC.

Si le ministère, dit Sele Yalaghuli, a le devoir de mobiliser les recettes pour donner à l’Etat congolais les moyens de sa politique, il participe en même temps, note-t-il, dans la programmation des dépenses publiques.

Ce qui lui donne un rôle aussi bien en amont qu’en aval en termes des finances publiques. L’Etat ne pouvant dépenser que ce qu’il a, Sele Yalaghuli s’est donc tourné vers ses principaux lieutenants, c’est-à-dire les patrons des régies financières.

Mardi dernier, il s’agissait donc pour le ministre Sele Yalaghuli de les sensibiliser pour qu’ils les intègrent parfaitement dans sa philosophie. C’était aussi l’occasion pour l’argentier national de dévoiler son secret afin d’amener les régies financières à maximiser les recettes publiques. C’est un secret qu’il a expérimenté avec succès à la DGI. Il attend pour le moment l’étendre sur toutes les régies financières de la RDC.

La méthode SELE YALAGHULI

Tout se ramène évidemment à la maximisation et un meilleur encadrement des recettes publiques. Sele Yalaghuli reconnait d’emblée que les régies financières font un travail remarquable pour répondre aux assignations contraintes du gouvernement. Il avoue cependant qu’il y a moyen de faire plus pour atteindre « le plein potentiel des ressources qu’elles sont censées mobiliser ».

Aussi a-t-il dévoilé son secret pour lequel il s’attend à une appropriation des régies financières. D’ores et déjà, il a promis un accompagnement sans faille de son cabinet.

« Il faut donc mobiliser les recettes autour d’une nouvelle approche basée sur des actions correctives urgentes à mettre dans le cadre d’un chronogramme à court, moyen et long terme et voir comment le gouvernement peut, au travers du ministère des Finances, accompagner les régies financières en vue de faire le maximum pour permettre au gouvernement de réaliser les promesses faites à la population à travers son programme de gouvernance », a déclaré le ministre des Finances.

Quant aux priorités qu’il se fixe tout au long de son mandat, le ministre des Finances n’a qu’une seule passion : donner à l’Etat plus de moyens

de sa politique. Se référant à une expérience qui a fait ses preuves à la DGI, Sele Yalaghuli pense explorer la piste des « droits émis » – cette source des recettes souvent dissimilée par le fait du caractère déclaratif du système fiscal congolais.

Quoi de plus normal qu’il annonce la mise en œuvre dans une brève échéance du projet d’informatisation de trois régies financières afin de « digitaliser la déclaration fiscale et créer une base de concertation d’une part, entre les trois régies financières, et de l’autre, entre les trois régies financières, la banque centrale et la direction du Trésor ». « Ceci garantirait, pense-t-il, une meilleure traçabilité des recettes publiques ».

A noter qu’outre les patrons de trois régies financières de la RDC, le ministre des Finances a également échangé, le même mardi, avec l’administration des Finances, conduite par le secrétaire général aux Finances, Christophe Bitasimwa Bahii. A l’occasion, Sele Yalaghuli a communiqué à l’administration de son ministère sa vision de travail, convaincue qu’elle reste la colonne vertébrale pour plus de visibilité aux actions du cabinet.

Print Friendly, PDF & Email