Présentation du rapport de suivi de la situation économique et financière de la Rdc

DSC_9663

SEM Vice-Ministre des Finances Tharcisse LosekeLe Vice-Ministre des Finances clôture l’atelier de dissémination de la quatrième édition du rapport de suivi de la situation économique et financière en RDC.

« Choc Exogène, Stabilité Macroéconomique et Développement : Options de Politique Economique », c’est le thème de la 4ème édition du rapport de suivi de la situation économique et financière de la RDC pour l’an 2016. Ce rapport de 41 pages A4 élaboré par le groupe de la Banque mondiale a été remis au gouvernement congolais ce mercredi 01 Février 2017 à l’issue d’un atelier organisé à Romeo Golf dans la commune de la Gombe.

Suite  au choc provoqué par la baisse des cours des matières premières, le document pose un diagnostic profond de la situation macroéconomique de la RDC en attirant l’attention du gouvernement sur les politiques et les mesures à mettre en œuvre pour relever le différents défis identifiés.

Il remet notamment en cause le manque de mobilisation suffisante des recettes  pour élargir l’espace budgétaire et atténuer les effets du choc ainsi que le manque d’un fonds de stabilisation qui aurait permis d’épargner les recettes exceptionnelles lors du cycle ascendant des prix des matières premières et d’utiliser cette épargne lors du retournement du cycle.

Quant aux pistes de solution, la Banque mondiale fait quelques propositions  notamment avoir un programme formel avec les institutions de Bretton woods en vue d’engranger les appuis à la balance de payement  et chercher à accroitre et améliorer les recettes publiques. Le pré-requis de toutes ses solutions reste, selon la Banque mondiale, la réduction des incertitudes politiques.

Dans son allocution de clôture, le vice ministre des finances Son Excellence Tharcisse LOSEKE NEMBALEMBA a, au nom du Ministre en mission, partagé l’analyse de la Banque mondiale ainsi que les politiques proposées pour amortir l’impact de ces chocs exogènes, notamment le renforcement de la mobilisation des recettes domestiques.

Il a rassuré que le ministère des finances travaille dans le sens des recommandations relatives à la limitation des exonérations et à la lutte contre la fraude douanière. Le vice-ministre des finances a reconnu que l’effondrement de la stabilité macro économique causée par la baisse des cours des matières premières renforce le besoin de diversification économique, afin de rendre l’économie congolaise moins dépendante des produits miniers et énergétiques.

Pour l’instant a-t-il ajouté, le gouvernement d’union nationale travaille sur un programme d’urgence visant,  notamment à maitriser l’inflation, à réduire la volatilité du taux de change et à reconstituer les réserves de change. Ceci permettra à court terme de stabiliser  le cadre macroéconomique afin de préserver le pouvoir d’achat des populations.