Résultats de l’Atelier de restitution sur la Revue à mi-parcours du Document de stratégie pays 2013-2017 et de performance du portefeuille de la Banque Africaine de Développement en RDC.

BAD RDC

BAD RDCKinshasa , lundi 14 Septembre 2015.

Sept jours, soit du 7 au 14 septembre 2015 ont suffi à la délégation de la Banque Africaine de Développement (BAD), conduite par le Représentant Résident en RDC, Sylvain MALIKO, et quelques membres du Gouvernement, dont le Ministre des Finances, Henri YAV MULANG pour évaluer la mise en œuvre de 42 opérations financées par cette institution internationale en faveur de la RDC.

En effet, la Revue du portefeuille à mi-parcours du document de la stratégie pays 2013-2017 de la BAD a permis de  rectifier de commun accord les tirs  pour la période qui reste de s’accorder sur les projets de développement à aligner sur la période restante jusqu’en 2017 et de tirer les leçons des faiblesses constatées dans l’exécution desdits projets au cours de la période sous revue afin d’en améliorer la gestion à travers des ajustements.
Dans son allocution d’ouverture de ces travaux, le Ministre des Finances, Henri YAV MULANG, a relevé que les documents de stratégies pays et de la performance du portefeuille de la BAD en RDC ont été élaborés à l’issue des consultations auprès des différentes institutions politiques du pays, et les représentants des forces vives de la nation (la société civile) sur les principaux projets de développement susceptibles d’être soumis au financement de la Banque Africaine de Développement.
Pour Henri YAV MULANG, la stratégie retenue repose sur deux piliers majeurs, à savoir, les infrastructures de base (ponts, routes, rails, écoles, hôpitaux, …) et le renforcement des capacités institutionnelles de l’état,  notamment les réformes des finances publiques engagées depuis 2012, le renforcement des capacités des agents et cadres des services publics, notamment l’ENA, la cour de Comptes et l’Ecole Nationale des statistiques pour la production des statistiques fiables en matière économique en vue de permettre à l’Etat congolais de jouer son rôle de régulateur de la vie sociale.
Au sujet du portefeuille de la BAD en RDC évalué à plus d’1, 2 milliard de USD, repartis dans cinq secteurs principaux, à savoir les infrastructures, l’agriculture, l’environnement, la gouvernance et les secteurs sociaux, les deux parties se sont assurées de la qualité de projets réalisés sur le terrain sur base des résultats. Le Ministre des Finances a formulé quelques préoccupations à la BAD pour l’orientation des projets à venir qui devraient être axés principalement sur l’énergie par le financement du  Grand Inga et  la construction des microcentrales identifiées pour l’amélioration de la desserte en électricité ainsi que sur les infrastructures avec un accent particulier mis sur les voies de communication favorisant l’intégration nationale par voie routière.
Pour sa part, le représentant résident de la BAD qui a rappelé le contexte et les objectifs de la revue à mi-parcours, notamment l’examen de la stratégie de la banque à la lumière des renseignements de terrain ainsi que de besoins et programmes d’actions, s’est félicité des résultats satisfaisants obtenus à ce stade nonobstant quelques difficultés de parcours enregistrés dans l’exécution de projets, en évoquant notamment le retard souvent accusé dans l’accomplissement du premier décaissement. Sylvain MALIKO  a rassuré l’assistance que toutes les batteries sont mises en marche pour pallier à cette situation. Au Gouvernement de la RDC, il a été recommandé de mettre les bouchées doubles pour le décaissement à temps du fonds de contrepartie dans l’exécution du projet.
Présentations de la revue à mi-parcours par l’économiste pays de la BAD
La Banque Africaine de Développement s’est engagée à maintenir le cadre stratégique global. Jean-Marie Vianney DABIRE, Economiste Pays de la BAD, qui a fait la présentation de cette revue a indiqué que l’exécution du programme opérationnel est globalement satisfaisante.
Cependant, le pilier lié à la performance dans le domaine des infrastructures et des progrès est plus mitigé dans celui de la gouvernance sectorielle, où 11 opérations ont été approuvées. Cela a permis, entre autres, la réduction du délai de transport entre Kinshasa et la Zone centre du pays de 3 à 2 jours. Seulement, 120 000 personnes supplémentaires ont pu accéder à l’eau potable, 60 000 à l’assainissement et 15 600 personnes à l’énergie. Toutefois, la cible à mi-parcours est non atteinte pour l’énergie, le transport, l’eau et l’assainissement. Beaucoup de travail reste à faire. Le Gouverneur pays de la BAD, Henri YAV MULANG, a déclaré qu’il reste ouvert et flexible aux ajustements  prévus pour la suite des projets.