Ouverture solennelle de la session des directeurs de la DGI

Vice_Ministre_DG_DGI

Vice_Ministre_DG_DGILa détermination et l’engagement pouvaient facilement se lire  sur  le  visage  des participants à la cérémonie d’ouverture officielle de la session des Directeurs organisée par le Ministère des Finances à travers la Direction Générale des Impôts (DGI).

Des stratégies à monter, à même d’améliorer significativement le profil des recettes pour  le  reste  de  l’année,  au  regard  de  la  conjoncture  économique  International emorose,  caractérisée  par  la  chute  drastique des  cours  des  principales  matières premières exportées par la RDC, en l’occurrence les produits miniers et le pétrole brut. Pour le DG de la DGI , LOKADI MOGA, cette session est consacrée à l’évaluation du chemin  parcouru  et  à  la  définition  des  stratégies  rigoureuses  de  la  marche  de l’administration fiscale à fin Juillet 2015 en vue de fixer le cap sur la fin de l’année encours. En effet, il sera question d’arrêter des mesures idoines en phase avec l’impératif d’unemobilisation optimale des recettes fiscales  à moyen terme, tout en poursuivant desréformes en profondeur dans le sens de l’instauration d’une administration modernelaquelle  est  appelée  à  améliorer  graduellement  ses  performances  au  cours  desprochaines années. Dans son mot d’ouverture de cette session de 3 jours, allant du 3 au 5 septembre 2015,le Vice-ministre des Finances, Albert M’PETI, représentant le Ministre des FinancesHenri YAV MULANG en mission à l’extérieur du pays , a apprécié à sa juste valeurl’initiative  de  la  Direction  Générale  des  Impôts,  sept  mois  après  la  signature  descontrats d’objectifs et de moyens entre la Haute Direction et les différentes DirectionsCentrales et Provinciales. D’après lui, l’organisation de cette session constitue une réponse à la recommandationformulée par le Ministre des Finances il y a peu, celle de voir la DGI mettre en placeun mécanisme d’évaluation intérimaire à tous les échelons, de manière à détecter lesinsuffisances et les dysfonctionnements ; ce qui permettra de préconiser des mesurescorrectives  adéquates,  efficaces  et  durables  pour  éviter  que  l’atteinte  des  objectifsglobaux,  principalement  celui  de  pourvoir  le  Trésor  Public  en  ressources,  ne  soitcompromis. Pour rappel, les réalisations de la DGI à la fin du mois de Juillet 2015  accusent un gapcumulé de l’ordre de 162.7 milliards de Francs Congolais contre des prévisions de1.379,90 milliards de Francs Congolais.
Ce  qui  constitue  à  coup  sûr  une  interpellation  pour  l’administration  fiscale  dontl’objectif  ultime est  de  mobiliser  davantage des  ressources  pour  permettre  à l’Etatd’accomplir ses différentes missions d’intérêts publics.