BAD : Activités débordantes pour le Ministre des finances Henri YAV MULANG à Abidjan.

Excellence_Henry_Yav_Mulang_Abidjan

Asemblée_Annuelle_BAD_Abidjan_2015Les assemblées annuelles de la Banque Africaine de Développement, BAD sigle ; ont vécu du 25 au 29 juin 2015 à Abidjan en Côte d’Ivoire. Ces assises qui ont coïncidé avec le 50eme anniversaire de la création de cette institution panafricaine ont été marquées par l’élection du nouveau président de la BAD.

Il a fallu six tours des scrutins pour départager les Huit candidats en lice; un tunisien ; un nigérien ; un éthiopien ; un zimbabwéen ; un malien ; un tchadien ; une sierra léonaise, une cap verdienne et un burundais. Les gouverneurs de la Banque africaine de développement (représentant 54 pays africains et 26 pays non-régionaux, tous actionnaires) ont, à l’issue de cette joute, porté leur dévolu sur le Nigérian AKINWUMI ADESINA à la tête de l’institution panafricaine. Ce 8eme président de la BAD remplace à ce poste le Rwandais Donald KABERUKA après avoir passé deux mandats soit 10 ans aux commandes de la BAD. Le gouverneur de la RDC auprès de la BAD Henri YAV MULANG, qui a participé au vote, a salué cette élection :
En termes de choix, c’est un bon choix. [Mais] la tâche pour lui ne sera pas facile […], parce qu’il succède à quelqu’un qui a eu à travailler énormément pour le rayonnement de la Bad. Aujourd’hui, la Bad est une institution de renommée internationale qui a les mêmes standards que les grandes banques à travers le monde.»

Selon lui, la BAD est une institution qui est engagée dans le financement de différents projets de développement «qui répondent aux besoins des pays africains.»
Des rencontres se sont multipliées dans le cadre de ces assemblées ; la RDC constitue aujourd’hui une terre d’avenir en matière d’investissement grâce à l’amélioration du climat des affaires.
Des investisseurs étrangers notamment ceux de la firme AFC ; Africa Finance Corporation représentée par son Président Andrew ALLI s’intéresse au secteur des infrastructures. Africa Finance Corporation, très active au Katanga et au Bas-Congo, veut étendre ses activités dans d’autres provinces ; notamment dans les secteurs du ciment et des mines.

Avec la délégation de l’initiative pour la transparence des industries extractives, ITIE, conduite par son Secrétaire Général Jonas MOBERG ; les 2 parties ont passé en revue les efforts déployés par la RDC dans la transparence des industries extractives. Et les autorités congolaises ont été encouragées à poursuivre les mêmes efforts.

Autre cérémonie ; signature de l’accord de financement des opérations de recensement général de la population. Le montant est évalué à 15 millions d’unités de compte soit de 22.5 millions de dollars américains et les 145 autres millions à cofinancer par le Gouvernement et les autres bailleurs de fonds. Objectif du projet : doter la RDC des données statistiques fiables pour la planification et le développement ainsi que la mise en place des bases des données sociales afin de produire des indicateurs sociaux de référence et assurer le suivi de leur évolution.

Revue du Portefeuille de la BAD en RDC.
Cette réunion avec le département régional-centre du portefeuille de la BAD en RDC a permis aux participants , le gouverneur pays Henri YAV MULANG et la directrice du Département Afrique de la BAD Mme KANGA d’examiner la mise en œuvre de 38 opérations pour un encours d’ 1.2 milliards de dollars américains repartis dans cinq secteurs principaux à savoir les infrastructures ,l’agriculture ,l’environnement, la gouvernance et les secteurs sociaux. Le décaissement cumulé se chiffre à 327.11 millions de dollars américains, soit 25.6 pour cent.
Les deux parties ont reconnu que la qualité du portefeuille des projets entrepris en RDC est satisfaisante, en dépit des problèmes que rencontrent certains d’entre eux ; notamment dans le secteur de l’environnement. Une revue à mi-parcours du document des stratégies-pays a été programmée pour le mois de septembre prochain.

Des échanges fructueux avec la facilité Africaines de soutien juridique, l’ALSF

Pour boucler sa série de rencontres de haut niveau ; le Ministre des Finances de la RDC Henri YAV MULANG a conféré avec une délégation de la facilité africaine de soutien juridique-ALSF. Parmi les points abordés ; la ratification de l’accord portant création de l’ALSF. La partie congolaise a pris l’engagement de relancer le parlement congolais lors de la prochaine session pour examiner la question. Au sujet de l’avenir des rapports de la RDC avec la Facilité, cette institution est disposée à examiner la possibilité d’appuyer la RDC dans d’autres domaines tels que le service conseil en matière de négociations des contrats , le renforcement des capacités ainsi que l’émission des euro bons dans le cadre de la dette souveraine. Parmi les avocats qui siègent au sein de la facilité figure un congolais , Me LUBALA KAZA. Ces juristes africains ont pris l’engagement de défendre les Etats Africains souvent sujets à des saisies à l’étranger.