Le FMI recommande au Gouvernement congolais de s’engager effectivement dans la transformation structurelle de l’économie.

RDC_Maman_Maraichère_Femme

RDC_Maman_Maraichère_FemmeLe gouvernement de la RDC et le Fonds Monétaire International ont conclu le mardi 04 juin, les consultations au titre de l’article IV. Les discussions ont ressemblé à un véritable champ de bataille dont l’ennemie à abattre était la pauvrette. Le souci étant d’améliorer la situation sociale des congolais.

Au cours de cet atelier, les participants ont relevé que la RDC est plus que jamais engagée sur la voie de l’émergence à l’horizon 2030. La République Démocratique du Congo a enregistré au cours de ces dernières années une forte croissance économique vigoureuse en dépit d’un contexte sécuritaire difficile.

La production minière et les investissements associés restent les principaux moteurs de cette forte croissance, bien que la contribution d’autres secteurs, notamment l’agriculture ait augmenté poussant ainsi le taux de croissance à 9,3%.

En dépit de cette croissance économique vigoureuse, la pauvreté reste omniprésente et l’économie vulnérable. L’espace budgétaire limité et la pratique de compenser les chocs sur les recettes par des ajustements des dépenses n’ont pas permis de soutenir les investissements en faveur de la lutte contre la pauvreté, nécessaires pour réaliser une croissance inclusive, d’où une montée des revendications de la population pour un meilleur partage des retombées de la croissance.

Pour répondre à son objectif de devenir pays émergent et lutter contre la pauvreté, le FMI par la bouche de Monsieur Norbert TOE, recommande à la RDC de s’engager dans la phase deux de la résilience et de s’engager effectivement dans la transformation structurelle de l’économie.

Yav MULANG, Ministre des finances a relevé, à l’issue des discussions, sept idées forces qui doivent permettre de baliser le chemin de l’émergence du Congo en tenant compte des réalités actuelles. Parmi ces idées, l’on citera l’amélioration des recettes, la diversification de l’économie et l’assainissement du climat des affaires.