Présentation des résultats de l’enquête FinScope RDC 2014; le Gouvernement veut rendre accessible les services financiers à toute la population congolaise.

Albert-Mpeti-FINSCOPE

Albert-Mpeti-FINSCOPEDans le cadre de son objectif de développement du secteur financier, le Ministère des finances a lancé en octobre 2013, le processus MAP, en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement et l’UN Capital Développement Fund(UNCDF).

Le 27 Mars 2014. Le processus Making Access Possible (MAP) consiste en un diagnostique approfondi de la demande, de l’offre de services financiers, des canaux de distribution et du cadre réglementaire.
L’enquête FinScope est une étude représentative, à l’échelle nationale, sur la façon dont les individus génèrent leur revenu et sur la manière dont ils gèrent leur vie sur le plan financier. Elle a pour objectif de définir la typologie de l’inclusion financière, du point de vue de la demande de services financiers, de toute la population adulte.

Il ressort de cette enquête que seulement 12 % de la population congolaise à accès aux services bancaires. Et les 88 % autres ne disposent pas d’informations sur les offres de services bancaires, soit qu’ils n’ont pas de moyens pour y accéder.

Selon le Vice-ministre des Finances, Albert MPETI, le Gouvernement de la RDC reconnaît le rôle important que peut jouer le secteur des services financiers dans la croissance globale de l’économie et du secteur privé. Les institutions financières évoluent dans un environnement difficile qui exige d’elles de constantes adaptations afin de viabiliser et pérenniser leurs activités.

D’après le Dr Kingstone MUTZONZIWA, Directeur de l’information et des Recherches de FinMark Trust, les principales raisons de l’exclusion financière sont :

(i) les contraintes en matière de développement et de mise en place des infrastructures,
(ii) les revenus limités des individus et les besoins de subsistance à couvrir en priorité,
(iii) la méconnaissance des produits et services financiers (en particulier l’assurance et le Mobile Money),
(iv) le Coût élevé des produits et des services financiers, la base de clientèle qui demeure limitée pour les fournisseurs de services financiers et marchands en vue de soutenir un déploiement des points de vente et des infrastructures financières adaptées.

Au demeurant, le processus MAP devra conduire à l’élaboration d’une feuille de route nationale pour la finance inclusive. Il offrira ainsi au Gouvernement un levier important pour définir une stratégie permettant, notamment d’accompagner l’économie réelle, en l’occurrence les petites et moyennes entreprises, le secteur agricole et le milieu rural dans leurs activités de production. En outre, il permettra d’aborder de manière plus efficace les problématiques liées au genre, à l’énergie propre, à la prévoyance sociale, à l’éducation financière, à la protection des clients et à l’accès de jeunes aux services financiers.