Le Ministre des Finances à la manœuvre pour la relance de la SCTP

Sele

WhatsApp Image 2021-01-07 at 1.07.44 AMLe Gouvernement de la République a levé l’option d’appuyer certaines entreprises du portefeuille de l’Etat par des cessions de créance certifiées au préalable sur base d’un plan de relance. La Société Commerciale des Transports et Ports (SCTP, ex ONATRA) qui en fait partie, devra bénéficier de 207 millions USD pour se refaire une santé. Cette somme sera, après discussions avec toutes les parties impliquées, affectée au paiement des décomptes finals, paiement des arriérés de rentes, de salaires et de la sécurité sociale ainsi qu’au renouvellement de l’outil de production

Le sujet était en discussion, le mercredi 6 janvier 2021, dans une séance de travail présidée par le Ministre des Finances, Sele Yalaghuli. C’était une occasion pour l’argentier national de faire le point, avec les différentes parties prenantes, sur cette opération dont l’objectif est de rassurer les parties concernées sur la volonté du Gouvernement d’accompagner les entreprises du portefeuille de l’État dans leur plan de relance et d’approuver ce processus de cession de créance.
Il faut rappeler que le Gouvernement n’a pas hésité à accéder à la demande de la SCTP qui joue un rôle important dans le domaine des transports dans la partie Ouest de la République Démocratique du Congo, en cédant la créance à la Rawbank. Pour accompagner ce mécanisme, du reste approuvé par le Chef du Gouvernement Ilunga Ilunkamba, il sera non seulement question de définir les modalités de remboursement de cette créance mais aussi de se mettre d’accord sur la répartition du montant qui sera décaissé. Le plan de relance de l’ex ONATRA devra au préalable être approuvé.
Après la SCTP, la Minière de Bakwanga, MIBA, sera la deuxième entreprise publique à bénéficier de ce plan de relance, a indiqué l’argentier national. Des discussions entre cette entreprise minière basée à Mbujimayi dans le Kasaï Oriental, et la FBNBank ont déjà été entamées dans ce sens.
Notons que le Vice-Ministre des Finances, Junior Mata, a également pris part à ces discussions.
B.M