A l’issue de la 55ème Assemblée Annuelle de la BAD, Akinwini Adesina élu président

WhatsApp Image 2020-08-27 at 3.05.57 AM

WhatsApp Image 2020-08-27 at 3.05.57 AMLa 55ème édition des Assemblées Annuelles du Groupe de la Banque Africaine de Développement s’est clôturée, le jeudi 27 août 2020, avec la reconduction au poste de Président du Nigérian Akinwini Adesina.Une candidature soutenue par la République démocratique du Congo, conformément aux instructions de Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI, a fait part le Ministre des Finances, dans un entretien avec la presse. 79 sur 81 pays votants, membres régionaux et non-régionaux, ont été favorables au nouveau Président.

Il faut noter qu’en tant que Président du Caucus du Groupe Afrique centrale de la BAD, le Ministre Sele Yalaghuli a soulevé de nombreuses préoccupations concernant sa zone. En comparant le niveau de financement de la BAD au sein des différentes zones d’Afrique, il a été constaté que l’Afrique Centrale est classée en dernière position avec un peu moins de 10% par rapport à l’Afrique de l’Ouest qui enregistre près de 27%.

« Notre plaidoyer a été focalisé sur l’amélioration du niveau de financement des projets intégrateurs au niveau de l’Afrique centrale. Car en effet, la CEAC accuse énormément de retard en termes d’intégration régionale, mais aussi pour l’amélioration des conditions de positionnement des ressources humaines employées au sein de cette instance dirigeante et même du staff technique, étant donné qu’il a été constaté une absence criante des africains du centre. »

Sele Yalaghuli a indiqué que la République Démocratique du Congo s’aligne derrière le programme du nouveau président de la BAD qui rencontre les ambitions du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ledit programme consiste prioritairement à l’électrification de l’Afrique, le développement de l’agriculture au travers les agropoles et l’emploi des jeunes.

Avec la nouvelle dynamique qui se met en place à la BAD, le Ministre des Finances note que la RDC aura une carte à jouer en proposant notamment un cadre d’intervention des partenaires au développement.

« Tout développement dépend de la vision à l’interne de chaque pays. Il faut non seulement une certaine continuité dans les politiques publiques mais aussi savoir spécifier le domaine d’intervention prioritaire des bailleurs de fonds. » a indiqué Sele Yalaghuli l’argentier national congolais.

B.M