Développement de l’agriculture en savanes et en forêts dégradées : La France finance un projet dans les provinces de la Tshopo et du Kwilu

OK1

OK1Développement de l’agriculture en savanes et en forêts dégradées : La France finance un projet dans les provinces de la Tshopo et du Kwilu.Comment soutenir l’agriculture congolaise tout en veillant à la préservation des forets ? Depuis le mercredi  27 novembre 2019, une convention du projet d’appui au développement de l’agriculture en zone de savanes et de forêts dégradées unit la République démocratique du Congo à la France. C’est à ce titre que le Ministre des Finances, SELE YALAGHULI, l’ambassadeur de France en RDC, M. François Pujolas, et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), M. Didier Grebert, ont signé une convention de projet d’appui sur le développement de l’agriculture en zone de savanes et de forêts dégradées.

Comment soutenir l’agriculture congolaise tout en veillant à la préservation des forets ? Depuis le mercredi  27 novembre 2019, une convention du projet d’appui au développement de l’agriculture en zone de savanes et de forêts dégradées unit la République démocratique du Congo à la France. C’est à ce titre que le Ministre des Finances, SELE YALAGHULI, l’ambassadeur de France en RDC, M. François Pujolas, et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), M. Didier Grebert, ont signé une convention de projet d’appui sur le développement de l’agriculture en zone de savanes et de forêts dégradées.

Ce projet d’un montant de 15 millions de dollars américains est financé par le Fonds national REDD+ (FONAREDD), sur les ressources qui lui ont été déléguées par l’initiative pour la forêt en Afrique centrale (CAFI).

Selon la convention, ce projet sera mis en œuvre pendant quatre ans dans les provinces de la Tshopo et du Kwilu. Il est destiné à faciliter la stabilisation du couvert forestier dans les zones de forêts dégradées et de savanes.

OK2

A l’occasion de la signature de cette convention, François Pujolas a souligné qu’ « en développent les exploitations et PME agricoles et en consolidant les économies locales à travers l’établissement de chaines de valeurs durables, le projet doit permettre de passer d’une agriculture faiblement productive et peu rémunératrice à une agriculture plus durable et à plus haute valeur ajoutée ». La progression des fronts pionniers de déforestation sera ainsi limitée, tout en préservant la place des agriculteurs familiaux au sein des milieux ruraux.

Avec cette convention, l’ambassadeur de France en RDC a indiqué que la France mettait l’expertise de l’AFD au service de la RDC et concrétisait ainsi l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales annoncée par le président français Emmanuel Macron, le 23 septembre dernier à New-York et qui bénéficie du soutien du président Félix Tshisekedi.