Freddy MATUNGULU, administrateur de la BAD, en consultations à Kinshasa : tête-à-tête avec le Ministre SELE YALAGHULI

IMG-20191104-WA0032

IMG-20191104-WA0032C’est par le Ministère des Finances que le professeur Freddy MATUNGULU, Administrateur à la Banque Africaine de Développement (BAD), a entamé lundi ses premières consultations à Kinshasa. A cette occasion, l’émissaire de la BAD a eu un tête-à-tête avec le Ministre des Finances, SELE YALAGHULI.

 

 

Ancien Ministre des Finances entre 2001 et 2003, Freddy MATUNGULU n’a pas caché sa joie de retrouver non seulement un ministère qu’il a connu mais aussi le Ministre des Finances SELE YALAGHULI avec qui il a travaillé à l’époque. « Je suis très, très content d’être là avec le Ministre Sele aux commandes de cet important portefeuille gouvernemental », a déclaré Freddy MATUNGULU.

L’Administrateur a par la suite circonscrit le sens des consultations qu’il mène à Kinshasa. La finalité, dit-il, c’est de s’assurer que la Banque Africaine de Développement est prête à accompagner les efforts de développement de la République Démocratique du Congo. « Mais, c’est important, note-t-il, que le gouvernement de la RDC fixe ses priorités afin que la BAD s’aligne pour soutenir ses efforts de développement ». Le professeur Freddy MATUNGULU s’est dit confiant de la volonté du Gouvernement de s’inscrire dans la logique de la BAD. « Nous avons attendu de la bouche du Ministère des Finances les priorités de la République dans différents domaines de développement socio-économiques ».

IMG-20191104-WA0029

Si la BAD calque ses actions en RDC sur les cinq priorités qu’elle s’est fixées au niveau continental, à savoir « Eclairer l’Afrique ; Nourrir l’Afrique ; Industrialiser l’Afrique ; Intégrer l’Afrique ; Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique », pour le cas précis de la RDC, le professeur Freddy MATUNGULU a fait comprendre que la BAD se concentre en priorité sur le secteur de l’énergie, convaincu qu’ « il n’y a pas de développement sans énergie ».

Le professeur Freddy MATUNGULU n’a pas manqué d’aborder le chapitre des appuis budgétaires que la RDC attend particulièrement de la Banque Africaine de Développement. Le plus important est que la BAD est disposée à accompagner la RDC dans ce sens. « C’est un sujet qui fait l’objet de premières concertations. Le moment venu, on va s’accorder sur ce qu’il convient de faire pour permettre le décaissement de cet appui budgétaire », a indiqué le professeur MATUNGULU.

La BAD s’attend cependant à ce que la RDC engage des réformes de grande envergure « Dès l’instant où le Gouvernement s’inscrit dans la logique des réformes pour accroitre son potentiel de croissance, la Banque est prête à intervenir », a rappelé l’Administrateur de la BAD.

Si les appuis budgétaires à la RDC restent possibles, la BAD ne va pas agir en solitaire. « Tout devra se faire dans un cadre global qui implique non seulement la Banque Africaine de Développement mais aussi tous les autres partenaires au développement », a fait remarquer le professeur MATUNGULU.

Au ministère du Plan, où est également passé l’Administrateur de la RDC à la BAD, des échanges fructueux sur la coopération entre la BAD et la RDC ont eu lieu. Les Ministres sectoriels concerné y ont pris part. Il s’agit de celui du Développement rural, de l’hydraulique et électricité, des Travaux publics et de Transports dont le secteur est directement lié au portefeuille BAD en RD Congo.

Au cours du face-à-face MATUNGULU et membres de la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), ce lundi, l’accent a été mis sur les problèmes du secteur privé congolais. L’occasion pour cet ancien ministre des Finances de recenser les problèmes auxquels fait face la FEC en termes de financement des projets dont certains ont déjà été portés à la connaissance de cette banque. La BAD est désormais prête à intervenir directement auprès du secteur privé en RD Congo. En tout cas, une approche à même d’accélérer le développement dudit secteur.    Signalons qu’à la fin de sa mission, le professeur MATUNGULU échangera avec les médias et cela, à la fin de sa mission officielle.  

IMG-20191104-WA0045